Évaluation d’un patient par l’ergothérapeute en résidence pour personnes âgées

Dans le travail quotidien de l’ergothérapeute en maison de retraite, il existe un protocole d’évaluation lorsqu’un nouveau résident intègre l’institution, chaque professionnel de la chaîne de traitement réalise une évaluation du patient selon son champ de compétences. Cette évaluation est essentielle car elle permet de définir le degré d’autonomie du résident.

Limitation et capacités dans la réalisation des activités quotidiennes sont les types d’informations essentielles qu’apporte l’ergothérapeute sur la vie menée par le patient en résidence. Cela implique une grande disponibilité de temps pour être à même de l’observer dans son environnement lors de la réalisation de ces activités et définir lesquelles peuvent être problématiques.

Notons à ce sujet l’importance primordiale du travail des autres membres du personnel soignant entourant le patient. En effet : médecins, chirurgiens, kinésithérapeutes, infirmiers et aide-soignants sont autant d’alliés pour l’ergothérapeute dans ce travail d’appréhension de la problématique individuelle de chaque patient pour faciliter son travail, recouper les informations et croiser les diagnostics.

L’évaluation est aussi le premier contact réalisé entre l’ergothérapeute et le résident, un moment clé qui va permettre au praticien d’expliquer sa démarche et au patient de développer une saine relation thérapeutique. Les mots-clés pour y parvenir sont généralement : proximité et écoute active. Cette évaluation a lieu en salle d’ergothérapie de façon à avoir à disposition tout le matériel nécessaire, il nous faut rappeler ici qu’elle doit impérativement se poursuivre sur les lieux de vie du patient : la salle à manger (évaluer l’alimentation), la salle d’eau (autonomie à la toilette), etc…

L’ergothérapeute participe à l’évaluation gériatrique intégrale du résident, il emploie des tests standardisés comme l’Indice de Barthel (activités basiques de la vie quotidienne), l’Échelle de Lawton et Brody (emploi des instruments de la vie quotidienne) et le mini-examen cognitif de Lobo (orientation, compréhension, calcul, attention, mémoire, langage…).

Il est très important de connaître la structuration de l’emploi du temps du patient la façon qu’il a de répondre à ses obligations. On évalue aussi l’utilisation d’aides techniques pour l’alimentation, la toilette, l’habillage, les déplacements, les loisirs, les transferts, les positionnements et l’adaptation à son environnement. On prendra aussi en compte l’utilisation d’orthèses et de prothèses dans cette évaluation. Pour les activités de loisirs nous nous intéresserons à savoir si le patient peut les réaliser de manière indépendante ou si il nécessite une aide, il est aussi important de savoir si il a abandonné un certain nombre d’activités lors de l’intégration de la résidence de façon à pouvoir éventuellement lui proposer d’en reprendre quelques unes et/ou de les adapter.

Grâce à ces évaluations l’ergothérapeute permet au patient de maintenir son investissement au sein d’activités de la vie quotidienne tout en entraînant ses capacités motrices, de réflexion ou de communication afin de favoriser une intégration optimale dans ce nouvel environnement qu’est la résidence pour personnes âgées.

Rappel des aspects à évaluer :

  • données personnelles du patient
  • antécédents médicaux
  • situation sociale
  • activités basiques de la vie quotidienne (indice de Barthel)
  • activités instrumentales de la vie quotidiennes (échelle de Lawton et Brody)
  • activités et hobbies
  • aides techniques
  • capacités motrices
  • capacités cognitives (indice cognitif de Lobo)
  • capacités psycho-sociales

 

cet article a été écrit par : Laura B. de Madrid

  • profession : Ergothérapeute
  • lieu d’exercice : résidence pour personnes âgées, Madrid, Espagne

ergothérapie, ergothérapeute, ergotherapeutes, ergotherapeutique, ergotherapie, ergotherapeute

Une réflexion au sujet de « Évaluation d’un patient par l’ergothérapeute en résidence pour personnes âgées »

  1. Bonjour ,

    Je suis actuellement étudiante en deuxième année de BTS orthoprothésiste et dois moi aussi élaborer un mémoire de fin d’étude. Je me tourne alors vers vous, ergothérapeute, afin de profiter de votre expérience et de vos témoignages. Mon mémoire a pour thème « les solutions de positionnement chez la personne âgée tel que le corset siège ». La difficulté de ce sujet est la rareté des cas de personnes âgées appareillées bien qu’un bon nombre en éprouve la nécessité. Je souhaiterais alors insisté sur ce point . Je viens donc à votre rencontre pour obtenir des témoignages d’ergothérapeutes ayant côtoyé des personnes âgées nécessitant un appareillage de positionnement (en maison de retraite, à domicile ou autre). Pourriez-vous me dire pourquoi est-ce si rare que cette population obtienne un appareillage adapté ? Quels sont les freins, les difficultés rencontrés ?
    Tous les témoignages sont les bienvenus.

    Je vous remercie pour votre attention,
    Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *